lundi 12 novembre 2007

Sur le terrain, un de moins

Lorsque j'ai appris la nouvelle, je suis allée vous lire, à savoir qui avait pris connaissance de la nouvelle. Je croyais être la première. Eh non! Un autre prof a pris les devants.

Personnellement, je ne l'ai pas entendu aux nouvelles, je l'ai lu en me rendant sur le portail de ma commission scolaire. Vous n'avez pas entendu parler de l'histoire encore? Maintenant, vous pouvez la connaître par ici et par .

Comment annoncer ça à l'environnement proche du jeune garçon? La direction de l'école en a fait un communiqué.

Mes pensées vont à la famille d'abord. Ensuite, je pense à la jeune fille qui sera marqué à vie. Je ne peux m'empêcher de penser aux enseignants qui surveillaient sur la cour d'école. Je suis de tout coeur avec l'enseignante de l'élève. L'ambiance dans les jours à venir ne sera probablement pas des plus amusante. Voir un de ses élèves mourir... J'en suis sans mot. Je pense ensuite à tous les élèves de l'école, le personnel, la direction. Voir une personne mourir de si près, de cette manière, c'est indescriptible.

Demain, j'aurai une pensée pour cette école, si près de moi, qui devra se rétablir.

1 commentaire:

Proald a dit…

Je n'étais pas au courant de cette histoire, elle n'a pas dû traverser l'atlatique. C'est quand même dramatique.