vendredi 16 mars 2007

L'univers masculin

J'enseigne depuis la fin du mois de décembre dans une classe de quatrième année. Ma collègue de quatrième année et moi travaillons beaucoup en commun. Déjà un bon bout de temps, nous regroupons nos groupes le vendredi après-midi. Dans une classe, les élèves ayant droit à leur période récompense s'y trouve, dans l'autre classe, ceux qui n'y ont pas droit.

Depuis quelques temps, nous mélangeons nos groupes. La première fois où nous l'avons fait, c'était pour monter une pièce de théâtre. Nous avons organiser deux groupes: le premier étant le groupe voulant être comédien dans la pièce de théâtre et le deuxième étant le groupe s'occupant des décors. Nous y sommes donc allés avec les intérêts des élèves pour faire nos groupes.

Depuis la semaine dernière, nous avons essayé un nouveau regroupement pour donner les cours des sciences et des technologies. Nous avons créé un groupe de garçons et un groupe de filles J'ai eu l'honneur de commencer par le groupe de garçons. Ma collègue et moi nous posions beaucoup de questions au départ... Nos élèves les plus tannants sont des garçons et, en plus, ils sont plus nombreux que les filles ( 31 contrairement à 27).

La grande question: comment ça s'est passé? Assez bien dans l'ensemble. Disons que j'avais affaire à être bien préparé! Un peu bavards peut-être. Pour l'instant, je trouve encore difficile de garder tous ces gars en silence, mais bon, chaque chose en son temps! Même s'ils sont bavards, ils sont quand même calmes, c'est ce qui compte. Ils semblent bien apprécier l'expérience! J'ai eu un commentaire d'un garçon me disant qu'il aimerait bien qu'on fasse plus souvent ce style de regroupement. D'autres garçons ont approuvé. Je tenterai d'approfondir le pourquoi de ce désir... Qu'est-ce qu'ils apprécient là-dedans, outre le fait d'être entre gars? Ça pourrait être intéressant comme discussion.


6 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

Bienvenue sur la blogosphère, madame Catherine!

Moi, je privilégie la réponse: On est entre gars...

Maman presque prof a dit…

Je suis étudiante en enseignement et pour un travail sur l'inclusion scolaire nous devions décrire notre école de rêve. Cette école devait être inclusive, donc valoriser et encourager les différences. Nous avons justement prévu des périodes où les garçons et les filles sont séparés, parce que la différence entre les gars et les filles, il ne faut pas la minimiser. Je pense que ça ne peut que faire du bien, autant aux gars qu'aux filles de se retrouver entre eux...une période de temps en temps.
Je suis bien contente d'être tombé sur ton blog...tu me donnes des idées pour ma future classe...Merci

jean-yves a dit…

bonjour
je suis journaliste, mon prochain article, c'est une semaine avec un prof, une femme dans la trentaine, qui travaille dans le fin primaire ou secondaire. je ne veux pas en dire plus, mais si cela vous intéresse et que vous voulez en savoir plus : jyg90@hotmail.com
merci

bibco a dit…

Plus on est de profs, plus on rit!
Je reviens vous lire, assurément!

Catherine a dit…

Le professeur masqué: Merci bien!

Maman presque prof: C'est ce que je crois aussi. C'est aussi amusant pour les enseignants. Périlleux quelques fois, mais amusant :)

Jean-Yves: Je ne réponds presqu'à aucun critère. Je suis bien enseignante, mais je n'ai que 26 ans et j'enseigne en quatrième année.. Alors.. Bonne chance!

Bibco: Au plaisir de te revoir commenter alors! :)

Safwan a dit…

Vous avez été tagué(e); marche à suivre sur mon blogue!